La crémation en Nouvelle Calédonie

Oct 6, 2020 Intermed

Depuis 1887, la crémation est officiellement autorisée en France. Aujourd’hui, elle est de plus en plus plébiscitée. Cette technique est préférée à l’inhumation car elle est moins chère et prend moins de place. Il ne faut pas la confondre avec l’incinération qui brûle les ordures.

Cela consiste en l’introduction d’un cercueil dans un four crématoire à 850° qui le réduit en cendres en 90 minutes environ.

La crémation en nouvelle calédonie.

Le four utilisé au centre cinéraire du 5ème km est le CR2000XXL d’ATI basée en France. Il a été déployé par la section DGP et des techniciens SAV. du groupe Intermed.

Le four du centre cinéraire en chiffres :

  • En service depuis 2019
  • 2 à 3 crémations maximum par jour
  • 70 à 90 minutes pour une crémation au lieu de 4 heures auparavant
  • 384 crémations en 2019
  • 327 crémations et 235,58 Kg de pièces anatomiques brûlés en 2020 au 21 septembre
  • Prix d’une crémation : 170 000 francs

Un équipement de haute technologie

Il est possible de suivre le processus et ses conditions sur la supervision.

On peut y voir les différents équipements numérotés :

  1. Table d’introduction
  2. Chambre de crémation (ou chambre de combustion ou chambre primaire)
  3. Brûleur de combustion
  4. Chambre de postcombustion (ou chambre secondaire)
  5. Brûleur de postcombustion
  6. Réservoir de neutralisant
  7. Filtre céramique
  8. Fût de récupération de poussières
  9. Extracteur
  10. Cheminée

Le processus de crémation.

Le cercueil est posé sur la table d’introduction avec un bras pousseur qui le rentre dans le four en moins de 20 secondes.

Dans la chambre de crémation dite « chambre primaire », le brûleur effectue la combustion du cercueil et du cadavre. Or, la combustion est incomplète et il faut limiter la pollution lors de l’évacuation des gaz dans l’atmosphère.

La chambre de postcombustion (ou chambre secondaire) préchauffe l’air de combustion de la chambre primaire. Les gaz non brûlés sont récupérés dans la chambre secondaire. Au contact de l’oxygène dans cette chambre, il se produit une combustion complète avec les gaz non brûlés. Il y a ainsi moins de gaz expirés par la cheminée.

Dans le réservoir de neutralisant, il y a du FILCARB MIX 600 (mélange de chaux en poudre et de charbon actif). Ce réactif à base de substances ininflammables et incombustibles est injecté par une vis dans la chambre de combustion. Il se produit une réaction entre ce neutralisant et les gaz.

Le résultat de la réaction, le neutralisant restant et les poussières sont piégés dans le filtre céramique. Ce filtre est constitué d’un assemblage de bougies céramiques poreuses qui enferment les poussières.

Les poussières sont récupérées dans le fût.

Le reste de gaz est évacué dans l’extracteur, le menant directement vers la cheminée qui rejette les fumées (propres à la suite d’un traitement en amont) dans l’atmosphère.

Les restes du cercueil sont balayés dans une urne.

La prochaine étape se déroule avec le broyeur. Tout d’abord, ce qui est métallique (clous, implants dentaires, … ) est attiré à son aimant.

Puis les fragments d’os sont placés avec des billes en acier dans le mélangeur pour les réduire complètement en poudre et les récupérer dans l’urne.

Si ce n’est pas suffisant, le blender peut compléter le processus.

Voici ce qu’on obtient à la fin du processus de crémation :

Les cendres sont dispersées dans le jardin des souvenirs ou déposées dans le columbarium.

M.Marquis

Derniers articles

La crémation en Nouvelle Calédonie

Depuis 1887, la crémation est officiellement autorisée en France. Aujourd’hu

COVID-19 : LES RESPIRATEURS

Face à la crise du COVID-19, les demandes en respirateurs se sont amplifiées.

Connaitre les rayon-x

HISTOIRE La radioactivité a été découverte en 1896 par Henri Becquerel et pa